L’AECID ratifie son sengagement avec le Fonds Commun des Donateurs de Santé du Niger


L’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AECID) a ratifié ces jours son engagement avec le Fonds Commun de Santé du Niger, un instrument qui réunit l’appui sectoriel extrabudgétaire de différents donateurs (bailleurs de fonds)  internationaux au Ministère de la Santé du pays.

Le Coordonnateur du Bureau Technique de Coopération au Niger, ainsi que le représentant de l'UNICEF, de l'Agence Française pour le  Développement (AFD) et le Ministre de la Santé du Niger, a ratifié ces jours l'engagement de l'AECID avec le Fonds Commun pour la santé, qui réunit l'aide de différents donateurs (bailleurs de fonds)  internationaux pour le secteur de la santé du pays. 

Grâce à la signature d'un nouveau Protocole d'Entente qui renferme le soutien à l'avenir á l'instrument,, les membres du fonds, notamment l'UNICEF, l'AFD, l'organisme semi-public pour la vaccination de la population Gavi Alliance et l'AECID, se sont engagés à continuer de contribuer à mettre en place la politique de santé du Niger.

En ce sens, ils sont disposés à accompagner la mise en œuvre du Plan de développement de la santé du Niger (2011-2015), qui vise à améliorer l'éfficacité et la qualité du système de santé, notamment en ce qui concerne les conditions de santé des couches sociales les plus vulnérables. 

Depuis sa création en 2006, à la demande du Ministère de la Santé du Niger, le Fonds Commun lutte contre la mortalité materno-infantile – le Niger a un des taux les plus élevés du monde et au cours des dernières années a été réduite de façon significative, avec une diminution de 34 % pendant la période 2005-2010.

En outre, comme l'a souligné le ministre de la santé, Soumana Sanda, le fonds travaille pour le renforcement des services de santé publique et « les ressources collectées représentent 15 % du total du département, au-delà des salaires du personnel ». 

De la même façon, le responsable de la santé du Niger a insisté sur le rôle stratégique du fonds « afin de mobiliser les ressources supplémentaires et réduire les disparités entre les régions » et a exhorté tous les partenaires internationaux à se joindre à l'initiative, comme prétend faire l'Union européenne. 

L’AECID LEADER DES DONATEURS DE SANTE 

Pour sa part, le coordonnateur général du BTC au Niger, Juan José Lavín, a également invité les donateurs internationaux à se joindre au Fonds et a rappelé dans cette ligne, la « bonne marche de cet instrument, conformément à la déclaration de Paris, et qui représente un excellent exemple d’appropriation, harmonisation et coordination » de la coopération internationale. 

La signature de l'accord de la nouvelle phase du Fond constitue le second acte de représentation de l'AECID comme chef de file des donateurs du secteur de la santé au Niger, une figure de coordination et de représentation assumée ces dernières semaines par l'Agence qui a pris la relève de la coopération belge. 

L’AECID travaille dans le secteur de la santé comme un de ses secteurs prioritaires depuis son arrivée au Niger en 2008, grâce à son soutien au Fonds Commun et par le financement des ONG spécialisées dans la formation sanitaire.