L'AECID participe au programme 25 de la Chaine SER sur la crise dans le Sahel


Le représentant de l'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID) au Niger, Juan José Lavin, avec l'Ambassadrice d'Espagne dans le pays, Soledad Fuentes, a participé au programme 25 heures de la Chaine SER, réalisé et présenté par Àngels Barceló pour la collecte des fonds pour la crise alimentaire au Sahel.

Le coordonnateur du Bureau technique de la coopération de l'AECID au Niger, Juan José Lavín, a pris part avec l'Ambassadrice d'Espagne dans le pays, Soledad Fuentes au programme 25 heures de la Chaîne SER, modéré et dirigé par Àngels Barceló et émis de Niamey, qui a voulu faire connaître la réalité de la situation alimentaire dans le Sahel.

L'émission, organisée dans le cadre de l'initiative d'action contre la faim (ACH) « Buts contre la faim », avait pour but de montrer la situation d'insécurité alimentaire qui frappe 18,50 millions de personnes dans le Sahel, dont 6,4millions au Niger. 

Par le biais de diverses interventions, comme celle du  Secrétaire général de la coopération internationale, Gonzalo Robles, le représentant du HCR, Antonio Guterres, le représentant de l'UNICEF, Guido Cornale, et la Déléguée de la Croix rouge Yessica Mato, le programme radiophonique a exposé la situation « critique » dans laquelle se trouve 4 millions d’enfants frappés de malnutrition sévère et modérée dans toute la région du Sahel ainsi que la réalité quotidienne de nombreuses familles qui luttent pour survivre á l’attente des pluies qui devraient tomber d'ici à quelques mois.

L'irrégularité et le manque de précipitations, précisément, est une des principales causes de la crise, laisse les campagnes agricoles et le fourrage déficitaires. Cependant, il existe d'autres facteurs tels que l'augmentation du prix des matières premières, le retour des Nigériens de la Libye et de la Côte d'Ivoire (environ 280 000 Nigériens) ou à l'arrivée des réfugiés de la crise Malienne (environ 40 000 personnes au Niger). 

Même si c'est une situation d'urgence « très compliquée, il est encore possible de la changer », comme l'a déclaré le directeur général de l'ACH Espagne, Olivier Longue. Dans la même lignée, le représentant de l'UNICEF, Guido Cornale, qui a salué le rôle de prévention et de gestion de la crise par le gouvernement nigérien s’est montré optimiste au moment de faire face à la situation et de « continuer à sauver des vies ».

Tous les participants, y compris l'Ambassadrice d'Espagne et le coordonnateur général de l'OTC, ont convenu sur le « besoin d'accompagner le gouvernement dans ses initiatives de lutte contre de la faim », notamment á travers les 3N (les Nigériens nourrissent les Nigériens), qui veut mettre un terme à l'insécurité alimentaire grâce à un développement agricole durable. 

Le haut commissaire du gouvernement du Niger pour l'initiative, Amadou Alaouri, a défendu la viabilité de celle-ci et a sollicité l'appui de partenaires internationaux pour mettre en œuvre, compte tenu du fait que « le développement d'un pays commence par garantir le manger aux personnes ».Pour sa part, responsable de l'OTC du Niger questionné sur les réductions que souffre le budget de la coopération, a assuré que « Espagne assumera les engagements pris de manière responsable et le Niger continuera d'être un pays prioritaire, où on fera un effort de concentration et de rationalisation de l'aide ». 

Heure 25 a diffusé en direct de Niamey avec une équipe dirigée par Barceló et formé par Nicolás Castellanos, Juan José Sastre et Paco Quiroga. Les Journalistes ont passé quatre jours au Niger, en visitant les projets dans la région de Keita, où ont pu voir de première main la réalité d'un pays qui cherche à mettre un terme une fois pour toutes au problème de l'insécurité alimentaire.