Niger a inauguré un musée des instruments de la musique traditionnelle avec l'aide de l'AECID


Dans le but de revaloriser le patrimoine culturel Nigérien, Niamey a ouvert ces jours avec le soutien de l'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID), un musée consacré aux instruments de musique traditionnelle du pays. 

Plus de 150 instruments traditionnels, dont certains sont en voie de disparition, on peut observer déjà au nouveau Musée de la musique traditionnelle du Niger, situé au sein du centre de formation professionnelle de la musique (CFPM) «Elhadj Taya », en plein centre de la capitale. 

La coopération espagnole a intervenu dans l'espace grâce à la construction de l'édifice qui l’abrite, une construction en terre (sans bois), durable et adaptée à l'environnement. Le nouveau site a été conçu comme un centre de conservation du patrimoine culturel et traditionnel du pays, par le biais de critères ethnologiques, qui visent à montrer la diversité culturelle du Niger. 

La coordonnatrice du projet pour la réhabilitation du Centre d'instruments traditionnels, Sandra Van, a expliqué que la collection se compose des instruments représentant les différents groupes ethniques du pays, dans le but de « transmettre le riche héritage culturel du Niger et prévenir au moment même de la perte rapide de celle-ci ». 

En ce sens, l'exposition vise à motiver les visiteurs, surtout les jeunes,  à protéger cet héritage, qu'une société « sans musique et les racines culturelles, se transforme en un endroit triste et pauvre », comme elle a indiqué. En outre, elle a défendu que « les instruments traditionnels peuvent avoir un espace important dans la musique moderne et la société », car au Niger, comme dans toute l'Afrique, cet art joue un rôle important dans la vie quotidienne. 

Pour sa part, le gestionnaire du programme de l'AECID au Niger, Pedro Pablo Viñuales, a mis en évidence l'implication de la coopération espagnole à la promotion et le rétablissement des valeurs musicales propres du Niger, tant par le Musée comme par d'autres activités dans d'autres centres. 

Il a également insisté sur la nécessité de sensibiliser et d'éduquer les nouvelles générations sur les principes artistiques intrinsèques du Niger. En ce sens, il a mis en évidence l'intervention de « Eveil Musical », financé par la coopération espagnole, à travers lequel un grand nombre d'étudiants de diverses écoles ont la possibilité de connaître, d'apprendre et de jouir de la musique traditionnelle à travers des activités et concerts reliant les enfants avec leur propre histoire.